C’est l’endroit où vous écrivez l’essentiel de votre contenu.

Rita naquit en 1381, à Roccaporena, près de Cascia (Ombrie). Jeune fille, elle vécut dans le respect et l’amour de ses parents âgés. Mariée à un jeune homme du pays, sa vie conjugale, au commencement, fut difficile à cause du caractère violent de son mari.

Mais croyant aux paroles du Christ : « Bienheureux les doux et les faiseurs de paix », elle parvint par sa bonté et sa compréhension à obtenir la conversion de son époux.

En 1417, son mari fut traîtreusement assassiné, Rita pardonna. Ses deux fils moururent aussi peu de temps après.

Restée seule, loin de perdre la foi, de se décourager, ou encore de s’imaginer que quelqu’un lui voulait du mal en lui jetant un sort comme beaucoup auraient pu le croire à l’époque (et encore aujourd’hui), elle voulut suivre jusqu’au bout l’amour du Père en se consacrant totalement à Lui dans la vie religieuse, chez les Augustines de Cascia.

Elle, dont le seul livre avait été la Croix, fut jugée digne de porter dans son corps la souffrance du Christ : en 1442, une épine se détacha du crucifix et la blessa au front. Pendant quinze années elle vécut dans l’amour comme nous l’enseigne Saint Paul, « souffrant ce qui manque à la passion du Christ, à l’avantage de Son Corps qui est l’Eglise » (Col 1, 24).

Le 22 mai 1457, elle naissait au Ciel.

Aujourd’hui, la dévotion à Sainte Rita est universelle, et on ne compte plus les grâces obtenues par son intercession. Elle est invoquée particulièrement dans les cas désespérés.

Texte tiré de la paroisse Sainte Rita à Nice

Voir en ligne : La vie de Sainte Rita