Mardi 12 juin 2018 — Dernier ajout mercredi 13 juin 2018

Poétique

0 vote

Après avoir percé le sol, une épaisseur de feuilles sèches, le sceau de Salomon courbe sa tige sous laquelle tremble une suite de fleurs blanchâtres dont la taille s’amenuise jusqu’à l’extrémité. Au-dessus de cette courbe les feuilles, de part et d’autre ouvertes comme des ailes, vont aussi en diminuant et semblent soutenir en l’air la plante. L’arum, entre des feuilles marbrées, ouvre une gorge vert pâle où se tend une luette de couleur brun-violet, et longue. Renifler ces plantes suffit pour savoir qu’elles portent du poison .